My Holy

Fiona Picot

https://www.myholy.fr

On aimerait en savoir un peu plus sur vous, vous vous présentez ?

Je m'appelle Fiona Picot, j'ai 28 ans. Je viens du sud de la France, j'ai grandi à Cogolin, un petit village du Golfe de Saint-Tropez. J'ai effectué un parcours en école de commerce, je suis diplômée d'EM Lyon, et j'ai également suivi la formation du Wagon pour apprendre à coder. J'ai ensuite été consultante en stratégie pendant près de deux ans avant de cofonder My Holy qui occupe désormais presque tout mon temps :)

En quelques mots,
votre projet c'est quoi ?

My Holy c'est une nouvelle marque d'hygiène intime féminine qui propose à son lancement des tampons en coton 100% bio. Ce projet c'est l'exigence de reprendre le contrôle de son corps et l'ambition d'offrir aux femmes des protections intimes de qualité, sans faire de compromis sur la sécurité, le confort ou encore le prix. Je l'ai imaginée pour les femmes d'aujourd'hui, fraîche, décomplexée et dans l'air du temps.

Vous vous rappelez du moment où vous avez eu votre idée ?

Je prenais un petit déjeuner en lisant un article sur des startups américaines, dont Lola qui est un équivalent de My Holy aux Etats-Unis. J'ai adoré l'idée et je me suis demandée pourquoi ça n'existait pas en France. A l'époque, j'étais en pleine transition professionnelle, sans trop savoir ce que j'allais faire après ma première expérience, un peu perdue pour être honnête.. J'y ai vu un signe de la vie !

Un mot pour décrire la sensation que vous avez ressentie quand vous avez trouvé votre idée ?

Évidemment !

Qu’est ce qui a déclenché le passage de l’idée à l’action ? Saviez-vous par où commencer ?

L'envie de créer les produits que j'aurais aimé acheter en tant qu'utilisatrice ! C'était à la fois un besoin et un défi personnel. Je crois qu'il faut être un peu fou pour lancer une marque consumer et digitale sur un marché accaparé par les acteurs historiques.. J'ai commencé par chercher un fournisseur de tampons en coton biologique, un partenaire qu'il était indispensable de convaincre pour donner une réalité au projet. Le reste était entre mes mains, alors j'ai pensé, comme disait Walt Disney, "si tu peux le rêver, tu peux le faire".

Vous avez rencontré des difficultés ?

J'ai changé d'associé en cours de route ! Au départ, je m'étais lancée dans cette aventure avec une fille top qui a finalement accepté une autre opportunité :) J'ai failli renoncer quand elle a quitté le projet parce que je ne me sentais pas les épaules de le porter seule. Aujourd'hui je mène cette douce révolution avec un garçon, Gabriel Pimont-Nogues, et j'en suis fière parce que je suis convaincue que les femmes ne pourront gagner leurs combats qu'en s'alliant à la parole et aux actions d'hommes bienveillants.

En quoi Les Elles by Contrex via le WILLA Possible ou la campagne Ulule vous ont été bénéfiques ?

L'apport de 2500€ euros à la campagne Ulule a été un super coup de pouce :) Le soutien financier est un gage de crédibilité certain mais quand on est une jeune marque, on manque surtout de visibilité. Grâce à Contrex, nous avons réussi à fédérer une première communauté très engagée et sensible aux valeurs du projet. C'était d'autant plus important que nous souhaitons réellement être à l'écoute de nos clientes, plutôt que leur dire ce qui est mieux pour elles, et écrire la suite de l'histoire main dans la main avec nos utilisatrices.

Et alors, ça fait quoi d’avoir osé passer de l’idée à l’action ?

Ça fait des étoiles dans les yeux, des papillons dans le ventre et des paillettes dans le cœur ! Ça apporte une liberté immense mais ça donne le vertige aussi. Pour moi c'était plonger dans une aventure qui me terrifiait autant qu'elle m'excitait, faire face aux doutes qui m'envahissent parfois, à l'incertitude qui me donne souvent le tournis et aux difficultés qui m'angoissent passionnément. Même si c'est une grande source de satisfaction, il faut parler de la peur parce qu'ensuite elle ne vous quitte plus jamais vraiment.

Qu'est ce qu'on peut vous souhaiter pour la suite ?

De démocratiser l'accès à des protections féminines saines et d'avoir un impact sur la santé de milliers de femmes à travers le monde. De briser quelques tabous et d'incarner une voix pour défendre une vision de la féminité inspirée par toutes les femmes de la vraie vie.

Pour finir, si vous aviez un petit conseil à donner à celles qui n’osent pas se lancer, ce serait :

J'aime beaucoup la vision de Reid Hoffman, le fondateur de LinkedIn, pour qui entreprendre, c'est "sauter d'une falaise et construire un plan pendant la descente". Il ne faut pas commencer en regardant la montagne devant soi mais essayer en se fixant des objectifs simples et avancer par paliers.

découvrir
d'autres projets