Virginie Fleuriel

Virginie Fleuriel


On aimerait en savoir un peu plus sur vous, vous vous présentez ?

Je m’appelle Virginie, j’ai 39 ans et je suis maman de 3 enfants. J’ai travaillé dans la communication pendant près de 20 ans mais, suite à des soucis de santé (cancer de la peau), j’ai décidé de me lancer dans l’entreprenariat. Ma volonté était de proposer des produits dont j’avais ou aurai eu besoin face à mes problèmes de santé.

En quelques mots,
votre projet c'est quoi ?

Virginie Fleuriel est une marque de maillots de bain anti UV chics et très féminins avec un indice de protection UPF 50+, destinés aux femmes ayant subi un cancer mais aussi à toutes celles qui souhaitent protéger leur peau et leur santé.

Vous vous rappelez du moment où vous avez eu votre idée ?

J’étais en vacances, sur une plage au Mexique avec ma famille et je portais un teeshirt anti UV pas adapté et surtout pas féminin. C’est à ce moment-là que j’ai décidé de créer une ligne de maillot de bain anti UV chics et très féminins « made in France ». Au retour dans l’avion, je dessinais mes premières créations.

Un mot pour décrire la sensation que vous avez ressentie quand vous avez trouvé votre idée ?

BONHEUR

Qu’est ce qui a déclenché le passage de l’idée à l’action ? Saviez-vous par où commencer ?

Le passage de l’idée à l’action est arrivé très rapidement mais je ne connaissais pas bien le domaine de la confection, j’ai du tout apprendre, je me suis documentée et j’ai rencontré des fournisseurs sur des salons qui m’ont orientée dans mes choix.

Vous avez rencontré des difficultés ?

Quand j’ai décidé de me lancer dans l’entreprenariat, je me doutais bien que j’allais rencontrer des difficultés, mais j’ai toujours essayé de rebondir et de trouver des solutions.

En quoi Les Elles by Contrex via le WILLA Possible ou la campagne Ulule vous ont été bénéfiques ?

Le programme « Les Elles by Contrex » m’a permis de lancer une production de mes maillots de bain, une visibilité sur les réseaux et de rencontrer d’autres femmes entrepreneuses, une expérience très riche.

Et alors, ça fait quoi d’avoir osé passer de l’idée à l’action ?

Pour moi, c’était comme une évidence, je voulais créer des jolis maillots de bain pour les femmes qui souhaitent protéger leur peau mais également apporter mon soutien à la recherche contre le mélanome auprès de l’Institut Gustave Roussy. Et je suis très fière de ce que j’ai accompli jusque là.

Qu'est ce qu'on peut vous souhaiter pour la suite ?

Développer ma marque à l’international, que le « Made in France » soit valorisé et que la recherche contre le mélanome avance.

Pour finir, si vous aviez un petit conseil à donner à celles qui n’osent pas se lancer, ce serait :

Tout simplement de croire en son projet et de rester motivée même si des obstacles se présentent.

découvrir
d'autres projets